Espace Mistral - Hôtel des associations - ANGERS (49)

REPÈRES

Projet livré en 2019

Localisation : ANGERS (49)
Maître d'ouvrage : Commune d'Angers
Surface : 3825m2
Montant de travaux : 4 698 715€ HT

Mandataire - Mission de base

Restructuration du Foyer de Jeunes Travailleurs Jean Vilar en hôtel des associations 

ÉQUIPE

  • DCL architectes-urbanistes / Architecte mandataire
  • AIA Ingénierie / BE structure
  • RABIER FLUIDES CONCEPT / BE fluides, thermique, SSI
  • TECHNIQUES & CHANTIERS / Économiste et OPC
  • SERDB / Acousticien

SYNOPSIS

Situé à proximité du quartier de la Roseraie, au Sud-Ouest d'Angers, l'hôtel des associations est au cœur d'un ilot d'équipements accessibles à une large partie de la population angevine ( ludothèque, bibliothèque et piscine de la Roseraie, centre et collège Jean Vilar, gymnase, commerces de proximité, pharmacie...). Ces équipements créés dans les années 1970 ont fait l'objet récemment d'une importante modernisation.

Le bâtiment accueillait autrefois le Foyer des Jeunes Travailleurs et le Relais-Accueil Jean Vilar ainsi que des espaces de stockage utilisés par la municipalité. Le projet de cet ensemble bâti a pour but la création d'un Hôtel des Associations accueillant 27 associations angevines, une cafétéria, des locaux nomades et des salles de réunions.

L'architecture simple de l'existant, en structure béton avec des bandeaux menuisés horizontaux confère une certaine facilité de mise en œuvre pour le traitement des façades . Dans le cadre de l'amélioration de l'enveloppe thermique de l'édifice, une isolation extérieure est mise en œuvre et protégée par des bacs acier noirs qui sont ponctués de zone colorées vertes, rouges et jaunes sur les différentes façades.

Cette seconde peau est habillée par un bardage en bois de châtaignier qui permet une occultation partielle des vitrages améliorant de fait la thermique d'été. Les soubassements et le rez-de-chaussée sont en parois minérales résistantes en béton sur isolant extérieur.

Ce traitement gomme les bandeaux horizontaux actuels et efface l'empreinte de l'ancien Foyer des Jeunes Travailleurs pour moderniser son image et conférer à sa silhouette urbaine une vision familière et plus accueillante et apporte au bâtiment, une certaine légèreté. Ainsi, la mixité des usages et des habitants fréquentant l'ilot devient le terreau d'une cohabitation bienveillante autour d'un nouveau totem architectural.